MONTRÉAL, L’UNIQUE

Crédit photo: Dalila Assefsaf

Chaque année, ma passion pour Montréal renait au rythme de sa frénésie estivale. Je l’avoue, j’ai une tendresse particulière pour le Plateau Mont-Royal. Ses minuscules rues fleuries, ses maisons colorées, ses édifices subtilement transformés en oeuvres d’art. Ses ruelles vertes, ses parcs, ses pistes cyclables, ses beaux grands arbres centenaires, ses jardins qui fleurissent un peu partout, comme autant de prises de conscience sur le béton. 

En 19.. , j’ai posé les pieds pour la première fois à Montréal ; c’était la mi-Mai. Les oiseaux chantaient à tue-tête, les terrasses étaient bondées, les effluves sucrées-salées se mêlaient aux éclats de voix.

Les sons, les senteurs, les accents fusaient de partout et Montréal vibrait à l’unisson de son incroyable diversité. Je m’en souviens comme si c’était hier. Jamais je n’avais connu pareille exaltation.

Ce qui m’a surtout marquée, à l’époque, c’est cette légèreté qui planait sur la ville. Les passants se souriaient, se saluaient, échangeaient deux trois banalités, puis reprenaient tranquilement leur chemin le sourire aux lèvres. Comme si vous croiser les avait rendu sincèrement heureux.

Montréal est définitivement la ville où je voulais poser mes valises. Je l’ai su dès le premier instant.

Montréal, l’unique !

Atlantide

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *